Welcome Guest: S’enregistrer | Connexion
 
FAQ | Rechercher | Membres | Groupes
 


 Bienvenue sur le Forum 

 
 

Forum Chrétien Évangélique d'édifications pour les Chrétiens selon ce que la Parole de Dieu nous dit en Colossiens 3:16

"Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres"  
 
 

Invité Bénédiction en Jésus et que ce jour soit rempli de paix, de joie, d'amour. Ouvre porte
 
 


 
Toute la profondeur des paroles de Jésus sur le Saint Esprit
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Amis de Jésus Index du Forum -> Bible -> Bible
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
hubertelie


Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2008
Messages: 9
Localisation: xxxxxx
Pays: France

MessagePosté le: Sam 31 Mai - 16:41 (2008)
MessageSujet du message: Toute la profondeur des paroles de Jésus sur le Saint Esprit
Répondre en citant

UN AUTRE CONSOLATEUR

Dans l'évangile de Jean chapitre14 versets 15-17, 25, 26, et chapitre 15 versets 25-27, et chapitre 16 versets 7-15, Jésus parle du Saint Esprit, en employant un mot que les versions de la Bible traduisent par "Consolateur" (Segond), "Paraclet" (Bible de Jérusalem), "Assistant" (Traduction du Monde Nouveau), etc.

Par exemple il dit : "Et moi, j’adresserai une demande au Père, et il vous donnera un autre Consolateur, et il sera avec vous pour toujours" (Jean 14 : 16). Et aussi : "Le Consolateur, le Saint Esprit, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera toutes les choses que je vous ai dites" (Jean 14 : 26). Et aussi : "Quand arrivera le Consolateur que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de la vérité, qui provient du Père, celui-là témoignera à mon sujet" (Jean 15 : 26).

Et enfin ces paroles de Jésus du même genre, plus complètes et plus précises, au sujet de ce "Consolateur" et de sa mission profonde :

"Je vous le dis en vérité : Il est de votre intérêt que je m’en aille. Car si je ne m’en vais pas, le Consolateur ne viendra pas vers vous, mais si je m’en vais, je vous l’enverrai.
Et quand celui-là arrivera, il donnera au monde des preuves convaincantes au sujet du péché, de la justice et du jugement. D’abord au sujet du péché parce qu’ils n’ont pas foi en moi ; puis au sujet de la justice, parce que je m’en vais vers le Père et que vous ne me verrez plus ; et enfin au sujet du jugement, parce que le chef de ce monde a été jugé.
J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter à présent. Mais quand celui-là arrivera, l’Esprit de la vérité, il vous guidera dans toute la vérité, car il ne parlera pas de lui-même, mais tout ce qu’il entend il le dira, et il vous annoncera les choses à venir. Celui-là me glorifiera, parce qu’il recevra de ce qui est à moi et vous l’annoncera. Toutes les choses que le Père a, sont à moi. Voilà pourquoi j’ai dit qu’il reçoit de ce qui est à moi et vous l’annonce
" (Jean 16 : 7-15).

C’est cette dernière citation du Christ notre Seigneur au sujet du "Consolateur" ou "Esprit de la vérité" qui sera au cœur de la réflexion et de l’analyse biblique que je propose aujourd'hui à tous les "Amis de Jésus".

Les chrétiens ont compris que Jésus parlait de la venue du Saint Esprit, tel que cela se produisit à partir de la Pentecôte (Actes 2 : 2-4), ce qui est le sens immédiat des propos de Jésus. Depuis la Pentecôte, l’Esprit a commencé son œuvre dans les chrétiens, il leur a donné de la puissance et de nouvelles révélations (qui constituent aujourd'hui le Nouveau Testament), il a guidé les chrétiens et a présidé à la formation et à la bonne marche des églises du Christ, comme cela est magnifiquement montré dans l’Apocalypse aux chapitres 2 et 3. Là, Jésus parle aux sept églises d’Asie Mineure (Ephèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée) et ponctue à chaque fois ses messages par cette phrase qui revient comme un refrain adressé à tous les chrétiens : "Que celui qui a une oreille entende ce que l’Esprit dit aux églises" (Apocalypse 2 : 7).

Dans leur ensemble, les chrétiens ont bien compris cette mission de l’Esprit. Mais a t-on compris toute la profondeur des paroles de Jésus dans ces textes de Jean proposés à la réflexion aujourd'hui ? A t-on compris tout ce que Jésus voulait nous apprendre sur l’Esprit de la vérité, sa Personne, sa Personnalité, sa mission à l’égard des chrétiens et du monde en général ? Le texte de Jean 16 : 7-15 nous invite nous chrétiens à une grande méditation pour être sûrs d'avoir compris toute la profondeur des paroles de notre Maître concernant ce que le Nouveau Testament appelle le "Saint Esprit" ou simplement "Esprit".

LE PERE, LE FILS ET L’ESPRIT

Quand Jésus dit : "J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter à présent. Mais quand celui-là arrivera, l’Esprit de la vérité, il vous guidera dans toute la vérité", il nous fait simplement savoir que beaucoup de choses très difficiles à porter restaient encore à dire, ce sera la mission de l’Esprit de la vérité de les éclaircir. Il devra en particulier commencer à faire toute la lumière sur lui-même. En effet, si le Père s’est révélé avec Moïse au Sinaï en tant Dieu Unique et Eternel (Exode 3 : 13-15), si le Fils s’est révélé avec Jésus dans le Jourdain (Matthieu 3 : 16, 17) et sur la montagne de la Transfiguration (Matthieu 17 : 2-5) comme le Sauveur, tout le mystère demeure au sujet de la troisième personne de la Divinité, l’Esprit, que le Père et le Fils doivent pleinement révéler au monde. Sa Nature profonde, sa Personnalité, son Rôle dans la Divinité et dans le dessein de Dieu reste à connaître. Et Jésus fait tout simplement comprendre que l’Esprit de Dieu est le détenteur de tous les mystères de Dieu et de la Divinité (Apocalypse 10 : 7), c’est lui qui peut guider dans "toute la vérité" (Jean 16 : 13)! D’énormes surprises sont à attendre, il faut s'attendre à ce que des choses vraiment difficiles à porter, à admettre, à comprendre, arrivent dans le monde avec les révélations de l'Esprit de Dieu.

C’est parce qu’on a eu de fausses idées sur le Messie à travers les déclarations des prophètes de l’Ancien Testament que beaucoup de juifs n’ont pas reconnu Jésus le Fils de Dieu. Exactement de la même façon, de fausses idées sur le Saint Esprit peuvent aujourd'hui empêcher de nombreux chrétiens à reconnaître l’Esprit de la vérité ou "Consolateur" dont parle Jésus.

Les chrétiens ont compris qu'il s'agit de la troisième "personne" de ce qui est appelé la Trinité, à savoir "Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint Esprit". Les TROIS sont UN, trois Dieux très différents, et pourtant le seul et même Dieu ! Une chose difficile à comprendre, car elle défie la logique humaine, c'est une chose de la logique divine. Mais la question de la Trinité et plus particulièrement de la troisième personne de la Trinité, l'Esprit, réserve encore beaucoup de difficultés, qui heureusement s'éclairent quand on se laisse simplement guider par l'Esprit. Quand il est invisible, on ne peut pas discuter avec lui, on ne sait pas qui est la source de la pensée suggérée à son esprit, on ne peut pas lui poser des questions, contester éventuellement ses analyses. Mais on pouvait parfaitement faire tout cela avec Jésus de Nazareth, et on peut parfaitement faire cela avec un certain humain dans le forum "Amis de Jésus". Là où deux ou trois sont réunis au nom de Jésus, il est parmi eux par l'Esprit, a-t-il dit. Donc l'Esprit est dans le forum "Amis de Jésus". A nous de l'identifier...

L’ESPRIT ET ELIE

La grande question qui est maintenant soumise à la méditation des "Amis de Jésus" est simplement celle-ci : Jésus disait-il que l’Esprit devait se manifester dans la chair comme ce fut le cas du Père avec Moïse (voir Exode 7 : 1 et Exode 33 : 11 et Exode 34 : 29-35) et de lui-même le Fils (Matthieu 17 : 2-5) ?

Quand on lit très attentivement les paroles de Jésus en Jean 16 : 7-15, on ne peut que conclure que Jésus voulait faire comprendre que le Saint Esprit dont l'ère s'ouvre à la Pentecôte, devrait guider progressivement les chrétiens, jusqu'à sa pleine révélation comme un humain spécial apparaissant pour accomplir une mission que Jésus décrit dans ses paroles. (Pas de panique, tout cela va s'éclairicir).

En effet, dans les versets 12 à 15, il est dit de l'Esprit (ou Esprit de la vérité) comme de quelqu'un qui ne "parlera" pas de lui-même, qui guidera dans toute la vérité, qui "dira" tout ce qu'il "entend", qui "reçoit" de ce qui appartient à Christ et l'annonce, et qui annonce au monde les choses à venir. Avouons que les mots comme "entendre", "recevoir", "parler", "dire", "annoncer", etc., tels que Jésus les emploie suggèrent très fortement qu’il parle d’un prophète très spécial. Le prophète Elie est très étroitement associé à la puissance de Dieu, c’est-à-dire simplement à l’Esprit de Dieu, comme il ressort des actions puissantes du premier Elie (2 Rois 1 : 9-11) et aussi des paroles de l’ange Gabriel à Zacharie, le père de Jean-Baptiste (Luc 1 : 14-16). On peut se demander si le "Consolateur" dont Jésus parle dans les textes de Jean n'est pas simplement l’Elie final annoncé par Malachie 4 : 5, 6, et qui est confirmé par la très importante vision de la transfiguration du Christ rapportée en Matthieu 17 : 1-13. Jésus expliqua que Jean Baptiste fut l’Elie de son temps, qui ne fut pas reconnu comme tel par sa génération. Mais curieusement, Jean Baptiste lui-même dit qu’il n’est pas Elie quand on lui posa la question (Jean 1 : 19-21). Jésus et Jean ne se contredisent pas, car l’explication est en fait très simple : La vision de la transfiguration annonce un Elie final, au temps de la gloire de Jésus dans son Royaume. Jean ne niait pas être l’Elie de son temps (comme Jésus l’expliquait), mais disait simplement qu’il n’est pas ce grand Elie final, annoncé par Malachie 4 : 5, 6.

En Jean 16 : 7-15 (les versets 12 à 15 en particulier), les mots que Jésus emploie ("entendre", "recevoir", "parler", "dire", "annoncer", etc.) en parlant de l’Esprit de la vérité n’auraient pas de sens si Jésus ne parlait que d’un Esprit invisible, et non pas d’une personne concrète que les chrétiens auront à identifier comme tel, une personne qui peut éventuellement parler d’elle-même, ne pas dire ce qu’elle entend ou reçoit de Jésus.

Il est clair que Jésus emploie ces mots ("entendre", "recevoir", "parler", "dire", "annoncer", etc.) exactement comme il les emploie en parlant de lui-même, de l’envoyé et porte-parole fidèle du Père qu’il est, comme par exemple quand il dit de lui-même : "Je ne fais rien de moi-même, mais comme le Père m’a enseigné, moi aussi je dis ces choses" (Jean 8 : 28), ou encore : "Vous cherchez à me tuer, moi, un homme qui vous a dit la vérité que j’ai entendue de Dieu". Jésus disait donc tout simplement que quand ce serait le tour de l’Esprit de paraître en chair et en os, celui-ci dira au monde les choses reçues du Fils, exactement comme le Fils en son temps a dit au monde les choses reçues du Père.

Les paroles de Jésus en Jean 16 : 7-15 suggèrent donc l'idée d'une personne particulière qui doit se manifester à la "fin du monde", pour conclure le monde actuel. C’est toute la profondeur et la difficulté de la question du retour de Jésus, du "Fils de l’homme" comme il le dit (Luc 17 : 22-25, 28-30, 37), qui est ainsi soulevée. C’est Jésus qui revient, et pourtant ce n’est pas lui à proprement parler mais l’Esprit, celui qui vient après lui dans la Trinité, celui qui est son serviteur direct comme lui est le serviteur direct du Père. Ce n’est donc pas Jésus qui revient mais un "AUTRE Consolateur" comme Jésus (Jean 14 : 16). Et pourtant c’est Jésus qui revient, car l’Esprit et lui sont un, exactement comme lui et le Père sont un (Jean 10 : 30) !

LE FILS DE DIEU ET LE FILS DE L’HOMME

Comme nous avons fait une analyse au sujet de ce que Jésus dit concernant l’Esprit de la vérité, faisons maintenant une brève analyse au sujet de ses propos concernant le "Fils de l’homme". Et voyons comment les deux analyses convergent vers la même conclusion.

Comme tous les chrétiens le savent, Jésus, qui pourtant est le Fils de Dieu (Matthieu 3 : 16, 17), se désignait lui-même très souvent par l’expression "Fils de l’homme". Pourquoi donc ? Par humilité pense-t-on habituellement, ou parce qu’il s’est fait chair, né d’une femme par le pouvoir du Saint Esprit, et c’est vrai. Mais la raison pour laquelle il se désigne comme le "Fils de l’homme" semble bien plus profonde que tout ce qu’on peut dire a priori, et c’est là toute la difficulté de comprendre les paroles de Jésus. A la fois simples et pourtant ô combien profondes ! Malheureusement, leur simplicité donne trop souvent l’impression qu’on les a bien comprises, qu’elles n’ont plus de secret pour nous chrétiens, qu’elles ne cachent rien qui puisse encore nous surprendre ou nous émerveiller.

Un proverbe français dit : "Un train peut en cacher un autre". Et dans les paroles de Jésus dans les versets de l’évangile de Jean proposés en réflexion, il parle d'un "AUTRE Consolateur" (Jean 14 : 16), donc "Un Consolateur peut en cacher un autre". Et je dirais simplement ceci : "Un Fils de l'homme peut en cacher un autre", comme Jésus le fait aussi comprendre en Luc 17 : 22-25, et en particulier le verset 25 ! Jésus parle du "Fils de l’homme" qu’il est, mais aussi à la fois du "Fils de l’homme" de la fin des temps, dont l’apparition doit surprendre le monde. Et c’est ce deuxième qui est justement véritablement le "Fils de l’homme", le "Fils de l’homme" au plein sens du terme, né pleinement dans la chair, d’un homme et d’une femme, d’une manière encore plus humaine que la naissance de Jean Baptiste, puisque lui, bien que de parents bien humains, est né suite à un miracle de l’Esprit de Dieu justement (Luc 1 : 5-17) ! Mais quand ce sera le tour de l’Esprit lui-même de naître, ce ne sera plus un miracle comme on le conçoit, mais une naissance très banale et commune aux humains, une naissance d’humain pécheur, sauvé par le sacrifice du Christ son Maître ! De ce fait même, c’est le plus petit dans la Divinité, et dans la logique divine cela signifie aussi le plus grand d’un autre point de vue (Luc 22 : 24-26) !

C’est aussi tout ce qui se cache dans les paroles de Jésus quand il parle de Jean Baptiste (Matthieu 11 : 1-15). Comme on le sait, celui-ci ne fit aucun miracle, contrairement par exemple à son précédent le premier Elie. Il était tout simplement la voix de celui qui crie dans le désert (Jean 1 : 19 –23). Et pourtant Jésus va dire une chose très surprenante : de tous ceux qui sont nés de femme, il n’est pas paru de plus grand que Jean Baptiste (Matthieu 11 : 11). Et il ajoute une précision encore plus étonnante et pleine de mystères : Quelqu’un de particulier, qui est qualifié de "petit le Royaume des cieux" est plus grand que Jean Baptiste. Tous les prophètes et la Loi ont prophétisé jusqu’à Jean, dit-il, et c’est lui l’Elie qui devait venir à cette époque (versets 13 et 14). Et il conclut par sa célèbre formule qu’on trouvera dans l’Apocalypse dans ses messages aux églises et qui appelle à la réflexion et à la méditation sur la chose révélée : "Que celui qui a des oreilles écoute" (verset 15).

L’Elie à venir devait donc faire encore moins de miracles que Jean, pour une raison très simple à comprendre : Jean est né de miracle (car ses parents étaient stériles et ont dépassé l’âge d’enfanter), ce qui signifie que sa naissance peut être comptée au moins comme un miracle pour lui. Mais l’instrument même du miracle est l’Esprit de Dieu. Par conséquent, celui qui incarne cet Esprit ne peut pas naître miraculeusement, et il fera moins de miracles que tous ses prédécesseurs, car l’Esprit ne peut pas se servir de lui-même comme instrument pour faire un miracle, mais il est un instrument aux mains des autres, des prophètes, et plus en particulièrement un instrument aux mains du Père et du Fils, pour accomplir le dessein divin. Il est donc par nature le plus grand serviteur de Dieu, le plus petit dans le Royaume des cieux, la plus petite Divinité. C’est pourquoi il est appelé "Esprit", terme qui étymologiquement signifie "Vent" ou "Souffle", l’Invisible, le Rien, le Zéro, l’Alpha, le Commencement de la Divinité, celui avec qui la Divinité repart du plus bas ! Et c’est justement ce qui fait de lui la plus grande Divinité dans la logique divine, celui qui dit précisément : "Je suis l’Alpha et l’Oméga, le Premier et le Dernier, le Commencement et la Fin" (Apocalypse 1 : 8 et Apocalypse 22 : 13).

L’Esprit ne peut donc pas se servir de lui-même pour naître miraculeusement et sans péché, comme par exemple Jésus son Maître né du fait de l’Esprit et proclamé Fils de Dieu suite au baptême de Jean dans le Jourdain par l’Esprit venant sur lui comme une colombe. De ce fait, l’Esprit ne peut que naître comme un très simple humain pécheur, nés de père et de mère pécheurs, ce qui ne peut qu’être très étonnant et très incompréhensible à propos de celui qui incarne ce qui est appelé le Saint Esprit ! Le plus Impur et Pécheur dans la Divinité, et pourtant le plus Saint et Juste pour justement cette raison-là ! Le plus Petit et Tout-Faible, et pourtant le plus Grand et Tout-Puissant justement pour cette raison-là ! Le Rien et pourtant le Tout pour cette raison-là ! Le plus Pauvre et pourtant le plus Riche, le plus Serviteur et Humble et pourtant le Maître et le Glorieux, pour cette raison-là !

C’est toute la logique divine, à l’opposé de la logique des hommes (Luc 22 : 24-26), c’est tout ce qui se cache dans la grande formule divine : "Je suis l’Alpha et l’Oméga, le Premier et le Dernier, le Commencement et la Fin" (Apocalypse 1 : 8 et Apocalypse 22 : 13). Seul l’Esprit lui-même, l’instrument même de toute la Révélation divine, celui qui a inspiré les prophètes, celui qui révèle les clefs et ouvre les portes de la connaissance divine, celui qui "guide dans toute la vérité" (Jean 16 : 12, 13), comme le dit Jésus, peut révéler tout cela. Seul lui peut le faire au moment de son apparition, de son entrée sur la scène du monde, comme un simple humain pécheur, qui n’a rien de la Divinité (voir Isaïe 53, qui s’est accompli dans le cas de Jésus, et plus encore dans le cas de son successeur, l’Esprit) !

Dans un premier temps, ce "Fils de l’homme" dans le plein sens du terme doit apparaître dans la plus grande discrétion, comme un "voleur" dans la nuit, ainsi que Jésus le précisera dans d’autres paroles (Apocalypse 16 : 15). Il sera "méconnu" comme le premier "Fils de l’homme" son prédécesseur (voir Matthieu 25 : 44, 45), et Luc 17 : 25 dit même qu’il devra lui aussi endurer beaucoup de souffrances et être rejeté par sa génération, comme le fut Jésus à son époque, de la part de sa génération. Et en disant à son sujet cette étrange phrase : "Où est le cadavre, là aussi se rassembleront les aigles" (Matthieu 24 : 28 et Luc 17 : 37), Jésus fait même comprendre que le "Fils de l’homme" du temps de la fin devra mourir dans la plus grand méconnaissance, à la fin de sa mission. C’est alors après que son autre face se révèlera, il apparaîtra avec puissance et grande gloire, comme un éclair visible par tous (Matthieu 24 : 27, 28 et Luc 17 : 24, 25, 37 et Apocalypse 1 : 7).

REVELATION ET SCIENCE, VERITE ET THÉORÈME

Je sais que cette nouvelle lecture des paroles de Jésus en Jean 16 : 7-15, à propos du "Consolateur" ou "Esprit de la vérité", peut surprendre et laisser sceptique, tellement on est habitué aux visions classiques des choses. Quand Jésus dit à Pilate : "Je suis né pour ceci, je suis venu dans le monde pour ceci : pour rendre témoignage à la vérité", Pilate lui demanda : "Qu’est-ce que la vérité ? " (Jean 18 : 37, 38). Et l’évangile ne rapporte pas une réponse de Jésus à cette très importante question, sans doute parce que Jésus n’y a pas répondu, et pour cause : la question de la vérité est si simple qu’elle n’aurait dû jamais avoir à être posée dans ce monde. Elle s’y est posée parce qu’il ne s’agit pas d’un monde de vérité, mais d’un monde de mensonge, le monde du Diable (Jean 8 : 44 et Jean 16 : 11). Dans ce monde donc, la vérité est très difficile à trouver, et on distingue différentes vérités, au lieu de parler simplement d’une seule et même vérité ! La vérité mathématique est appelée "théorème", et on sépare actuellement "vérité mathématique" ("théorème" donc) et vérité en général, on sépare "science" et "révélation". Les deux sont la "vérité", mais dans le monde actuel on doute de la seconde, de la "vérité" qui émane de Dieu.

Dans le monde actuel, une affirmation comme par exemple "0 = 1" n’est pas une vérité scientifique, ce n’est pas un théorème. Il en est de même pour une affirmation comme "3 = 1", qui est celle même de la Trinité. Mais dans le monde actuel, de telles déclarations ne sont que des vérités de la révélation, et non pas des vérités scientifiques. Mais pour Dieu, on ne parle que d’une seule vérité, et donc "vérité" et "théorème" sont une seule et même chose. Et avec maintenant Dieu on découvre une extraordinaire nouvelle science dans laquelle "TOUT est possible" (parce qu’avec Dieu "TOUT est possible" !), dans laquelle on dit des choses comme "0 = 1" ou "3 = 1" !

Quand je parle d’"Esprit de la vérité", cela signifie donc aussi "Esprit du théorème", puisque pour Dieu les deux mots "vérité" et "théorème" sont la seule et même vérité, le seul et même théorème. On ne se complique pas la vie avec Dieu, tout est d’une simplicité biblique. La Parole de Dieu entre aujourd'hui dans une nouvelle dimension, elle est maintenant une science exacte, nommée Science de l'Existence ou Science de Dieu, fondée par un extraordinaire théorème d’une simplicité et d’une puissance biblique, le Théorème de l'Existence, dont une des formes les plus simples est l’égalité : "0 = 1".

La logique de Jésus, celle qui sous-tend toutes ses paroles, celle qui les rend si exceptionnelles et si profondes, a aujourd'hui un nom scientifique : Logique d'Alter. J’invite tous les "Amis de Jésus" à méditer Jean 16 : 7-15 dans la prière, avant de conclure trop vite que l’analyse que j’en fais ici n’est pas ce qu’il faut comprendre des paroles de notre Seigneur et Sauveur. Cette analyse n’est pas le fruit d’une simple interprétation des écritures, une interprétation subjective, mais s’inscrit tout simplement dans une science exacte fondée par un théorème mathématiquement démontré, le Théorème de l'Existence (voir http://hubertelie.com pour découvrir la Science de l'Existence ou Science de Dieu).

"Que quiconque le veut prenne l’eau de la vie, gratuitement", dit Jésus en Apocalypse 22 : 17. La Science de Dieu transcende les sciences des hommes, et l’avenir appartient à ceux qui accordent une grande valeur à la nouvelle connaissance révélée de Dieu (Jean 16 : 12, 13), celle apportée maintenant par l’"Esprit de la vérité" ou "Esprit du théorème", celle offerte gratuitement au monde à http://hubertelie.com. Les paroles du Seigneur sont profondes, et la vie éternelle appartient à ceux qui s’appliquent à les comprendre (Matthieu 13 : 9-17). Ceux-là ne peuvent en aucun cas manquer le rendez-vous avec le Seigneur, avec le "Fils de l’homme" à son retour à la fin des temps (Matthieu 25 : 10-13), pour faire entrer les siens dans un Monde Nouveau, le Royaume de Dieu (Luc 17 : 20, 21).

Au Père Eternel qui nous a préparé un avenir radieux depuis la fondation du monde, au Dieu d’amour qui a sauvés par son Fils unique, à notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ qui nous sauve par son sang et nous conduit aux arbres de vie et aux sources d’eau de la vie, à eux soient la gloire, la puissance, la bénédiction, la majesté et le règne, à tout jamais, oui pour l’éternité. Amen.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 31 Mai - 16:41 (2008)
MessageSujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Amis de Jésus Index du Forum -> Bible -> Bible Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Sauter vers:  

 

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
phpBB
Template by BMan1
Traduction par : phpBB-fr.com