Welcome Guest: S’enregistrer | Connexion
 
FAQ | Rechercher | Membres | Groupes
 


 Bienvenue sur le Forum 

 
 

Forum Chrétien Évangélique d'édifications pour les Chrétiens selon ce que la Parole de Dieu nous dit en Colossiens 3:16

"Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres"  
 
 

Invité Bénédiction en Jésus et que ce jour soit rempli de paix, de joie, d'amour. Ouvre porte
 
 


 
Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Amis de Jésus Index du Forum -> Actualités -> Actualités
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
dorcas
Serviteur de Dieu
Serviteur de Dieu

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2007
Messages: 862
Localisation: Belgique
Livres Préférés: chouraqui

MessagePosté le: Lun 6 Aoû - 19:33 (2007)
MessageSujet du message: Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
Répondre en citant

Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
LEMONDE.FR avec Reuters | 05.08.07 | 21h46 • Mis à jour le 05.08.07 |
21h47


Le cardinal Jean-Marie Lustiger, ancien archevêque de Paris, est mort d'un
cancer, samedi 4 août à l'âge de 80 ans, a annoncé l'édition en ligne du
Figaro dimanche soir. Juif converti devenu cardinal, Jean-Marie Lustiger,
considéré comme un "traditionaliste moderne", comptait parmi les proches de
l'ancien pape Jean Paul II et était également membre de l'Académie
française.

Aaron Lustiger naît le 17 septembre 1926 à Paris dans une famille de
commerçants juifs d'origine polonaise et se convertit en 1940, choisissant
le prénom de Jean-Marie avant de se réfugier à Orléans. Sa mère est déportée
en 1942 à Auschwitz, dont elle ne reviendra pas. Ordonné prêtre en 1954, il
devient aumônier des étudiants de la Sorbonne et des grandes écoles. En
1969, il est nommé curé de la paroisse Sainte-Jeanne de Chantal à Paris
(XVIe).

Son ascension est dès lors rapide. Il est nommé par Jean Paul II évêque
d'Orléans en 1979, archevêque de Paris en 1981 et cardinal en 1983. Auteur
de nombreux ouvrages sur la foi catholique, Mgr Lustiger a été élu en juin
1995 à l'Académie Française au fauteuil du cardinal Albert Decourtray.

"IL A TOUT CHAMBOULÉ À PARIS"

"C'était un homme de caractère, un caractère pas commode, qui a tout
chamboulé à Paris", estime le spécialiste des questions religieuses Odon
Vallet, citant notamment l'accès à la prêtrise, la création de maison de
séminaristes ou "une attitude très directive envers les prêtres parisiens".

Au sein de l'Eglise française, "il y avait les pro et les anti-Lustiger",
explique l'auteur, entre autres, d'un Petit lexique des idées fausses sur
les religions. Même s'il avait fait des erreurs, comme la création de la
chaîne de télévision Kto, "devenue une catastrophe financière", selon Odon
Vallet, Jean-Marie Lustiger "savait envoûter son auditoire et avait redonné
un certain lustre à la cathédrale Notre-Dame-de-Paris".

Personnellement, je vous recommande chaudement son ouvrage "La Promesse"
dont voici la présentation:

Mystère d'Israël au cœur de la réalité chrétienne
La première partie de l'ouvrage est une méditation prêchée à des moniales,
où le P. Jean-Marie LUSTIGER, alors jeune prêtre du diocèse de Paris, prie à
haute voix l'évangile de saint Matthieu. Nous sommes en 1979 et les moines
du Bec- Hellouin viennent de commencer la fondation d'Abu Gosh. Il s'agit de
conduire les moniales, qui les soutiennent par leur prière, à pénétrer
l'enjeu de l'événement et approfondir le mystère d'Israël. Le choix de
l'évangile de Matthieu n'est pas un hasard : le plus visiblement pétri des
Écritures [d'Israël !], il manifeste aussi que l'Église est « le peuple de
l'Alliance destiné à ouvrir aux païens la richesse d'Israël en attendant sa
venue [du Messie] dans la gloire » (p. 106). À travers les pages d'évangile
se déploie le grand midrash sur l'appel lancé aux juifs et aux païens à
suivre Jésus, le Messie. Les bergers et les mages dans leur consentement,
les scribes et Hérode en leur opposition manifestent que les deux grandes
catégories de l'histoire du salut (p. 119) que sont les juifs et les païens
semblent éclater en présence de Jésus de Nazareth…

« Dieu n'est pas adultère en ce sens qu'il est absolument fidèle à son
Alliance » (p. 36). L'Alliance avec Israël est irrévocable ; en douter est
blasphématoire car cela reviendrait à mettre en doute la fidélité de Dieu. «
La réponse de Jésus [sur l'indissolubilité du mariage] vise l'Alliance de
Dieu et de son peuple : "Ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas."
Elle s'applique donc à Israël et à l'indissolubilité de la promesse » (p.
19). Cette reconnaissance de la permanence de l'Alliance d'Israël est donc
la première condition exigée des païens pour pouvoir être greffés sur la
promesse. Et « les païens n'entreront dans l'histoire du salut que s'ils
font de cette histoire [d'Israël] leur propre histoire » (p. 48). Ils ont
alors accès aux « richesses d'Israël » : l'histoire sainte, la Loi de Dieu,
la Parole inspirée, la prière d'Israël, la terre, le règne, la rédemption,
la repentance… Chasser les marchands du Temple, du parvis des païens, c'est
d'abord pour le Christ une manière d'annoncer que le parvis des païens est
désormais soumis aux mêmes exigences de sainteté que le parvis des juifs,
c'est annoncer par un geste prophétique l'entrée des païens dans l'Alliance
(p. 149).

Il n'y a pas rejet d'Israël de la part de Dieu, ni substitution de l'Église
de Jésus au peuple d'Israël (voir p. 131). « Il n'y a pas substitution mais
agrégation » (p. 132). Tel est le signe de Jonas proposé aux juifs : voir
les païens entrer dans l'Alliance. Que ce signe n'ait pas été « lu » par
tout le peuple juif, mais seulement par une partie, les juifs devenus
disciples de Jésus, donne à réfléchir et conduit à un sérieux examen de
conscience de la part des « pagano-chrétiens ».


2. Une histoire qui fait pleurer Rachel
La méditation du P. J.-M. LUSTIGER rejoint ici l'histoire en ce qu'elle a de
plus douloureux. La grande fracture, au-delà des polémiques initiales, est
sans doute l'extinction de l'Église de Jérusalem, qui représentait justement
l'Église issue de la circoncision. L'Église, en devenant quasi exclusivement
pagano-chrétienne (et qui plus est religion d'État !), devenait plus
vulnérable encore à la tentation de rejeter Israël et de s'accaparer par la
violence ce qui lui était offert dans la gratuité de la miséricorde de Dieu.
« L'Église, là où elle s'est pratiquement identifiée à un
pagano-christianisme, voit celui-ci s'effondrer sous ses propres critiques
et perd de vue sa propre identité chrétienne. La raison qui l'explique en
partie est qu'elle s'est coupée de ses racines juives… » (p. 80). On
retrouve déjà ici la pensée du futur cardinal sur l'évolution de la
civilisation occidentale et de la philosophie des Lumières [1].

Le midrash de Matthieu nous propose son éclairage cru et dense sur cette
histoire douloureuse : la mort des enfants de Bethléem et les pleurs de
Rachel. « Si Rachel refuse le Consolateur, c'est à cause du péché des
païens, sa douleur est trop grande. Elle masque jusqu'à son espérance et
elle ne peut reconnaître, dans le massacre de ses fils qu'elle pleure,
l'espérance du Consolateur qui cependant lui est donné » (p. 53). Méditant
sur l'histoire à la suite de Matthieu, l'auteur explicite comment
l'hostilité des pagano-chrétiens a empêché une grande partie d'Israël de
reconnaître son Messie, et que ce refus par les seconds a exacerbé
l'hostilité des premiers. Boucle mortelle de haine et d'incompréhension dont
la Shoah fut, sans doute, comme le paroxysme, mais aussi peut-être la fin en
réveillant la conscience chrétienne.

Le P. Jean-Marie LUSTIGER, s'aventurant dans la prière aux frontières de
l'indicible, trouve des accents proprement juifs pour marquer les limites de
la parole, quand le respect impose silence : « Nous ne pouvons méditer sur
Israël à la place de celui-ci ; nous devons méditer sur nous-mêmes, à notre
place » (p. 127). « Même pour Israël, sa propre souffrance est une énigme.
Le chrétien ne peut la lui expliquer ; il ne peut que faire comme le Christ
qui entre dans le silence de sa Passion. Le Christ n'explique pas sa Passion
; il l'annonce et il y entre en se taisant » (p. 75). Le chrétien est alors
acculé à prier au pied de la croix, « prier à la fois pour que les péchés
soient pardonnés et pour que cette Passion trouve son sens. C'est un immense
secret, qui ne peut être partagé que par ceux qui acceptent de porter le
même poids. Mais il ne faut pas chercher à consoler Rachel » (p. 64). Le P.
LUSTIGER retrouve ici presque littéralement les mots d'une fille d'Israël
disciple de Jésus, sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix, qui, devenue
carmélite, mourut à Auschwitz en 1942 [2].


3. Une promesse plus grande que le cœur de l'homme Paradoxalement, c'est dans la souffrance d'Israël, persécuté au nom de son
rejet de Jésus, que transparaît le visage du serviteur souffrant,
indissociablement figure d'un peuple-serviteur et d'un homme-serviteur. Le
peuple juif en son histoire dit à la conscience chrétienne quelque chose du
Christ humilié et souffrant pour nos péchés : « Si l'on a osé parler de
déicide à propos d'Israël et du Christ, il faudrait parler de déicide à
propos des peuples dits chrétiens d'Occident et du sort qu'ils ont réservé
au peuple juif » (p. 76). « Les pagano-chrétiens ont tué les juifs sous le
prétexte que ceux-ci ont tué le Christ ; ce qui est blasphème manifeste,
révélation claire que c'est l'esprit du monde et non pas l'esprit du Christ
qui les animait » (p. 76). On pourrait aussi mentionner la contagion
d'aveuglement qui a saisi aussi de nombreux juifs devenus chrétiens, et
antisémites, au cours de l'histoire, même si l'auteur ne s'étend pas sur ce
point.

La conclusion, toute paulinienne, reprend l'épître aux Romains (voir p. 157)
: nous avons tous besoin d'un salut offert en toute gratuité. Tous, le fils
aîné comme le fils prodigue. Le fils aîné peut accueillir le salut dans la
mesure où il accepte ce cadet pécheur, gracié sans mérite de sa part ; et le
cadet peut entrer dans la joie de son Père par son humilité, en
reconnaissant que seul l'aîné avait encore le droit d'être appelé fils (voir
p. 139). N'est-ce pas la promesse, cette joie partagée des fils enfin réunis
dans la maison de leur Père prodigue ? Et l'espérance partagée d'une terre
nouvelle, sans pleurs ni souffrances, n'est-elle pas déjà promesse ?

La repentance de la conscience pagano-chrétienne face aux juifs, que
Jean-Marie LUSTIGER appelle de ses vœux, en 1979, a commencé à s'accomplir
en acte sous l'impulsion du pape, dans la grâce jubilaire. Mais il faut
encore qu'elle pénètre tout le corps de l'Église, qu'elle évangélise en
profondeur les cœurs. L'Église prend conscience qu'elle ne saurait être
vraiment « catholique » si elle se coupe de ses racines juives, qu'elle
défigure le Christ et l'outrage quand elle dénie le droit d'exister au
peuple juif. Les textes de la deuxième partie du livre ont été prononcés en
2002 devant des interlocuteurs juifs, à Tel-Aviv, Paris, Bruxelles et
Washington. Les lieux ne sont pas sans importance. La reconnaissance de
l'État d'Israël par le Vatican, dont le P. LUSTIGER parle en 1979, s'est
produite, non sans manifester d'une manière toute nouvelle la complexité de
la condition juive, l'enchevêtrement humainement inextricable des conflits,
des droits et des torts. Le cardinal LUSTIGER peut en parler ouvertement à
Washington devant le Congrès juif mondial, pour la simple raison qu'il peut
dire « nous » : « Nous sommes un peuple différent des Nations, parce que
formé par Dieu pour le servir ; et nous sommes une Nation semblable aux
autres, lorsqu'elle réclame roi et pouvoir comme les autres nations du monde
» (p. 211). Chacun est renvoyé à sa propre responsabilité, et non pas à
celle de l'autre ! Il y a deux paraboles : la parabole des talents et celle
du jugement entre brebis et boucs. Selon la parabole des talents, qui
concerne Israël, ce dernier sera jugé sur la manière dont il aura géré les
dons irrévocables de son Maître, apparemment absent de la scène de
l'histoire ; et viendra aussi le jugement des nations païennes, quand elles
découvriront Dieu au dernier jour et seront jugées sur leur relation à
autrui.

Mais ces deux catégories de l'histoire du salut, juifs et païens, ont
justement éclaté depuis la mort de Jésus de Nazareth : les chrétiens forment
l'assemblée messianique composée de juifs et de païens, qui ont reçu la
mission de suivre le Christ jusqu'au bout (voir p. 66-67).

Ce livre, qui explore une déchirure énigmatique, porte aussi une espérance
immense : si la résurrection de l'Église de Jérusalem porte déjà de tels
fruits, que sera-ce à la fin des temps lorsque ceux, qui furent mis à
l'écart, seront admis et à nouveau greffés sur leur propre olivier ?… Ô
abîme de la sagesse et de la science de Dieu ! À lui soit la gloire
éternellement !
___________________________________
Maison de Jacob, venez et marchons à la lumière de l'Eternel
2saïe 2: 5
Forum : Judaïsme-Messianique
Mon blog :Souvenez-vous
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 6 Aoû - 19:33 (2007)
MessageSujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
demaus


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2007
Messages: 141
Localisation: Abidjan
Pays: Côte d'Ivoir

MessagePosté le: Lun 6 Aoû - 19:56 (2007)
MessageSujet du message: Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
Répondre en citant

Bien aimée Dorcas merci pour le developpemet sur la vie et l'oeuvre de Lustiger.

En effet ce lundi 06 08 07 j'ai reçu l'info sur sa mort de Radio France Internationale (RFI). Mais je ne le connaissais que vaguement. Avec ton developpement, ben ça y est !

RFI a même annoncé que Lutiger s'était rendu dans le temps en Israël: il y a été pris à partie par les réligieux juifs, qui l'ont accusé d'avoir trahi sa patrie(Israël),

(peut être) pour avoir renié le judaïsme pour le catholicisme.

Personnellement je suis d'accord avec les religieux juifs. pas pour ladite trahison, mais pour le changement du judaïsme au catho . 

On ne peut pas quitter le judaïsme tout juste pour devenir catholique!! Ce n'était pas trop cher payé.

 Il ne devait pas vraiment être compliqué Lustiger ! 
___________________________________
Nous nous prêchons Christ crucifié;
Revenir en haut
dorcas
Serviteur de Dieu
Serviteur de Dieu

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2007
Messages: 862
Localisation: Belgique
Livres Préférés: chouraqui

MessagePosté le: Lun 6 Aoû - 20:11 (2007)
MessageSujet du message: Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
Répondre en citant

Ce que je ne savais pas, c'est qu'il était Juif.

Et oui, les juifs n'aiment pas quand un des leur, se convertissent.

Pendant la guère beaucoup de Juifs se sont aussi converti au catholicisme pour ne pas être déporter au camps de la mort.

Mais ici avec Lutiger, il s'est converti de plein gré.

dorcas
___________________________________
Maison de Jacob, venez et marchons à la lumière de l'Eternel
2saïe 2: 5
Forum : Judaïsme-Messianique
Mon blog :Souvenez-vous
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Toni
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2007
Messages: 2 181
Localisation: Mons - Belgique
Pays: Belgique2
Livres Préférés: Psaume 139

MessagePosté le: Lun 6 Aoû - 23:01 (2007)
MessageSujet du message: Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
Répondre en citant

Tiens, j'ignorais qu'il est mort. Je n'ai pas entendu dans le journal, on en a pas tellement parlé.
On a parler de la mort de Michel Serrault, acteur et fervent catholique et aussi d'un cinéaste italien mais je n'ai pas entendu à son sujet.
Et dire que j'avais cru qu'il serait devenu pape avant l'élection de Benoît XVI, eh bien, cela confirme que ce n'était pas lui.

Merci pour l'info.
___________________________________


Dernière édition par Toni le Mar 7 Aoû - 19:59 (2007); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
demaus


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2007
Messages: 141
Localisation: Abidjan
Pays: Côte d'Ivoir

MessagePosté le: Mar 7 Aoû - 19:35 (2007)
MessageSujet du message: Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
Répondre en citant

Toni, tu as sauté un mot dans ta dernière phrase, ce qui a modifié un peu son sens. Ajoute la car apparemment l'information de cette phrase semble importante.

Dorcas, tu sais: le jour où j'ai su que l'Eglise Catholique était implantée en Israel, j'étais très ébahi.
___________________________________
Nous nous prêchons Christ crucifié;
Revenir en haut
Toni
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2007
Messages: 2 181
Localisation: Mons - Belgique
Pays: Belgique2
Livres Préférés: Psaume 139

MessagePosté le: Mar 7 Aoû - 20:00 (2007)
MessageSujet du message: Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
Répondre en citant

Merci, tu vois heureusement que tu me l'a dit.
Je t'en remercie vraiment beaucoup autrement c'est vrai que cela changeait ma phrase et me faire dire ce que je ne veux pas.
J'ai donc éditer mon texte.
___________________________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
dorcas
Serviteur de Dieu
Serviteur de Dieu

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2007
Messages: 862
Localisation: Belgique
Livres Préférés: chouraqui

MessagePosté le: Mar 7 Aoû - 20:10 (2007)
MessageSujet du message: Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
Répondre en citant

Code:
Dorcas, tu sais: le jour où j'ai su que l'Eglise Catholique était implantée en Israel, j'étais très ébahi.


Oh, là, là, il y a beaucoup d'église catholiques en Israël, je ne peus pas les compter, je les ais vue et j'y suis même entrée car tout ce qui a rapport avec yeshoua, c'est eux qui se l'on approprié.

Mais maintenant, il y a aussi les Juifs Messianiques qui se sont implanté la bas.

dorcas
___________________________________
Maison de Jacob, venez et marchons à la lumière de l'Eternel
2saïe 2: 5
Forum : Judaïsme-Messianique
Mon blog :Souvenez-vous
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Toni
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2007
Messages: 2 181
Localisation: Mons - Belgique
Pays: Belgique2
Livres Préférés: Psaume 139

MessagePosté le: Mar 7 Aoû - 20:51 (2007)
MessageSujet du message: Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
Répondre en citant

Et heureusement. Eux ont des droits mais pas les autres.
Surtout que certaines églises se sont implantée dans des endroits incertains.
Comme par exemple l'église de Nazareth ou celle de sa tombe.
___________________________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
demaus


Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2007
Messages: 141
Localisation: Abidjan
Pays: Côte d'Ivoir

MessagePosté le: Mer 8 Aoû - 23:15 (2007)
MessageSujet du message: Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
Répondre en citant

Dorcas a écrit : "Oh, là, là, il y a beaucoup d'église catholiques en Israël, je ne peus pas les compter, je les ais vue et j'y suis même entrée..."

Non Dorcas, je ne dis pas ça par haine pour le catholicisme. Mais pareil pour toutes les réligions!

Non mais attends quand même là! Tu vois des gens, quand ils fêtent le Shabbat, si ton mouton est tombé dans un trou tu peux pas aller le chercher.

Je me suis dit: "plus extremo que ces mecs, tu fonces tout droit en enfer!!"

Par conséquent, je me suis suis dit: "si leur propre mouton ils le laissent crever dans un trou, c'est pas l'islam ou le catholique ou les évangeliques qu'ils autoriseront en Israel!!


___________________________________
Nous nous prêchons Christ crucifié;
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:02 (2016)
MessageSujet du message: Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Amis de Jésus Index du Forum -> Actualités -> Actualités Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Sauter vers:  

 

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
phpBB
Template by BMan1
Traduction par : phpBB-fr.com