Welcome Guest: S’enregistrer | Connexion
 
FAQ | Rechercher | Membres | Groupes
 


 Bienvenue sur le Forum 

 
 

Forum Chrétien Évangélique d'édifications pour les Chrétiens selon ce que la Parole de Dieu nous dit en Colossiens 3:16

"Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres"  
 
 

Invité Bénédiction en Jésus et que ce jour soit rempli de paix, de joie, d'amour. Ouvre porte
 
 


 
La Foi en Jésus, le Christ, le Fils de Dieu.
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Amis de Jésus Index du Forum -> Personnel -> Présentations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
LaFoiEnJésus


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2017
Messages: 2
Localisation: France
Pays: France

MessagePosté le: Jeu 23 Mar - 12:44 (2017)
MessageSujet du message: La Foi en Jésus, le Christ, le Fils de Dieu.
Répondre en citant

Bonjour à toutes et à tous qui êtes sur ce site "amis de Jésus",  


(Vous trouverez cette lettre dans cette rubrique "présentation" mais je l'ai aussi posté dans la rubrique "témoignage" faisant ainsi un peu office des deux) 
 
 
Avant toutes choses, je remercie mon Père éternel dans le Seigneur Jésus, le Christ, le Fils de Dieu pour m'avoir donné de vivre tout ce qui est décrit dans cette lettre, tout comme je le remercie de pouvoir maintenant le mettre par écrit.
 
- - -  
 
Au travers de ce témoignage, j'ai eu à cœur d'avertir tous ceux qui en ont le besoin d'un danger mondialement répandu. Un danger caché, subtil et insidieux ; danger qui a le pouvoir de mettre dans « la fosse» quiconque en viendrait à marcher par lui, bien qu'ayant pourtant reçu la foi en Jésus-Christ.  


 
Danger si fin et si rusé qu'il est invisible à l'œil nu bien que toutes les écritures en parlent. Oui, toutes les écritures en parlent mais de manière à ce que cela soit reçu avec un nouvel entendement, une compréhension renouvelée. Danger si peu compris, si peu dénoncé et qui pourtant, est décrit dans les écritures comme un ministère de mort.  
 
 
Par ce témoignage, il m'est fait aussi la joie et l'immense honneur au travers de ce que j'ai vécu de vous parler aussi de principes magnifiques de Dieu qui sont rendus visibles en son Fils. Principes merveilleux qui en Lui offre la paix, la joie et tant d'autres fruits lorsqu'ils sont perçus intérieurement par la foi qui rend visible des merveilles de Dieu au travers même de Jésus-Christ. Principes merveilleux sans lesquels aucun contraste ne se ferait avec de tout autres principes, qui, bien qu'obscures, sont tellement répandus et si généralement admis. 
 
J'espère de tout coeur que lors de cette lecture vous y verrez, non pas l'expérience d'un pécheur mais que vous y verrez Celui qui a permis toutes ces choses et cela afin que, comme je l'ai vu et vécu, d'autres puissent aussi recevoir quelques fondements de la foi en Jésus, le Christ, le Fils de Dieu, qui nous lie à la Vie de Celui qui nous affranchit et nous rend réellement libre de tout. 


 
---  


 
Je m'appelle Rémi. J'ai été rencontré intérieurement par le Seigneur Jésus dès tout petit. Malgré cela, j'ai grandis dans les principes du monde sans jamais entendre parler de Dieu, n'y penser à Lui. Bien qu'ayant vécu une rencontre toute particulière, j'ai passé près de vingt cinq ans en ayant perdu et oublié toute conscience de Dieu.  
 
 
Oui, plus d’une vingtaine d’années se déroulèrent après cette rencontre, et, bien que j'avais totalement oublié ce moment, ce temps bien spécial dans le Seigneur, la fidélité de Dieu, elle, ne cessa pas pendant toutes ces années. Je m’en suis rendu compte plus tard. 
 
 
A l’occasion de mon travail, je fis la rencontre de quelques personnes qui travaillaient dans une société de « commerce équitable », et c’est à ce moment-là que j’entendis des gens me parler de leur croyance pour la première fois. 
 
 
Intérieurement, je n’étais pas du tout attiré par les religions et par ce que l’on me racontait parfois, mais par contre, j’étais attiré à Jésus-Christ. 
 
J’ai alors commencé à lire les écritures, et l’Eternel m’attira à Lui au travers de son Fils, Jésus-Christ. Plus je découvrais le caractère de Jésus, plus j'étais attiré par Lui. 
 
 
--- 
 
Un beau matin, alors que je marchais pour aller au travail, je voyais intérieurement Sa présence bienveillante. En apparence, je marchais sur un trottoir, mais en vérité je me tenais en Lui dans sa présence, étant empli de joie. 
 
Un lien se créa ainsi naturellement entre Dieu et moi et je trouvais désormais mon plaisir en Lui. Je recevais en toute simplicité son bonheur et sa joie par la foi qui me liait à Lui. 
 
Après toutes ces années à vivre sans Dieu, j’étais tellement heureux de découvrir une vie toute autre, une vie intérieure ; celle que le Seigneur Jésus m’offrait si simplement depuis toujours ! Vie qui est en Lui et qui avait toujours été là, mais que moi, je ne voyais pas. 
 
 
Porté par cette joie, je me demandais si les gens savaient que Dieu est là, vivant au-delà de l’apparence de ce monde. Oui je me demandais si le monde savait combien l’Eternel est si proche et si merveilleux ; alors je parlais naturellement de Lui aux gens, désirant que d'autres reçoivent aussi le bonheur d'être lié a Lui. 
 
--- 
 
 
Puis, très rapidement, et sans même m’en rendre compte, la nature de ce que je vivais commença à changer. J'avais vécu cette rencontre intérieure dans la plus grande des simplicités et tout cela gratuitement, sans que rien ne provienne de ma part, mais pourtant je n'avait pas compris le fondement sur lequel se reposait ce que j’avais vu et vécu en Jésus de si magnifique. Oui, je n’avais absolument pas compris la nature ce qui m’avait alors été offert de si précieux en moi, et qui me liait à Dieu. 
 
 
En parallèle de ce que je vivais intérieurement, je recevais aussi des enseignements de la petite assemblée dont faisaient parti les personnes que j’avais rencontré. 
 
 
Cette petite communauté avait pour coutume de pratiquer des cultes pour Dieu et d’écouter les enseignements qui y étaient donnés par plusieurs d’entre eux. Comme j’étais tout jeune dans la foi, c’était l’occasion pour ces personnes de m’apprendre toutes les choses qui se font dans la religion. 
 
 
Alors que j’apprenais les enseignements, ainsi que la pensée collective qui régissait leurs actions, il se passa une chose que je ne savais pas : Un levain imperceptible s’infiltra en moi. Ce levain ne se voyait pas, pourtant, très rapidement, j’en vins à ajouter des règles de vie et des pratiques diverses à l’intimité que Dieu m’avait pourtant offert de vivre librement en Lui. 
 
 
Mon regard ne fut plus alors vers mon Seigneur seulement, ni vers ses merveilles qu’Il me montrait intérieurement, mais il était désormais tourné vers ce qui était bienséant de « faire et de ne pas faire ».  
 
 
Des pratiques diverses s’immiscèrent alors entre Dieu et moi et ce fut désormais au travers de diverses pratiques que je cherchais sa présence. Ce mélange entre une vie intérieure et naturelle et diverses pratiques ecclésiastiques devenaient une obligation, car on m’enseignait que c’était au travers d'elles que l’on est agréable à Dieu.  
 
Ainsi, par le seul « principe d’obligation » qui est lié à la « lettre seule », principe d’obligation dont j’étais incapable de saisir l’origine, mon regard fut subtilement détourné de la foi ; la foi selon Dieu. Oui, mon regard était désormais fixé sur mes actions, ainsi que sur les prescriptions et coutumes qui devenaient en moi une nouvelle nécessité pour « un moment » avec mon Père, Lui qui pourtant m’avait offert d'être continuellement lié à Lui par la foi seule en son Fils. 
 
 
Oui, ainsi un autre principe venait lutter contre la foi qui m'avait alors donné la vie en Lui.  
 
 
Romains 7.9 : Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais ; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus. 
 
 
--- 
 
 
En effet, alors que je vivais tout naturellement par la foi seule en Jésus qui m’offrait de voir et de vivre en Lui, il arriva que je fus séduit par le commandement ; commandement qui s’immisçait un peu partout dans les enseignements que j’entendais, et qui, finalement, me détournèrent de la vie en Jésus et me fit périr, spirituellement parlant. 
 
Oui, par ce levain invisible, plus rien ne fut dans le domaine du Don gratuit qu’est Jésus, par qui je vivais. Par ce mélange, je ne vivais plus par ce que le Seigneur me donnait de voir et de vivre librement en Lui, mais je marchais désormais au rythme des enseignements, des cultes, et des activités prescrites


 
Je n’étais en rien méfiant car on était tous très sincères ; tout ce que l’on pratiquait avait une apparence extérieure de piété, mais les prescriptions religieuses, établissant des coutumes, des règles, des habitudes et des pratiques diverses me firent marcher de manière subtile, non plus par la foi en Jésus, mais par l’obligation contenue dans des commandements dispensés, remplaçant alors totalement la Vie intérieure que le Seigneur m’avait offert gratuitement


 
Oui, mon être intérieur, qui avait, en toute gratuité, reçu de découvrir la Vie d’en haut par la seule foi en Jésus-Christ, se retrouva enfoui par une sorte d’obligation qui s’imposait à moi au travers de l’enseignement de la lettre seule
 
 
Le naturel divin en moi fut alors étouffé, et désormais je cherchais la présence de Dieu par la persévérance dans des pratiques comme la louange, la prière, les enseignements, les études et tant d’autres choses. 
 
 
La connaissance de la personne magnifique de Jésus, le Christ, le Fils de Dieu ne fut plus alors le cœur de toutes choses, mais subtilement ce fut bien les traditions et les coutumes qui prirent toute la place. 
 
 
Personne ne m’avait jamais prêché la loi de Moïse à proprement parler, pourtant j’en étais rendu par un esprit subtilement diffusé à être sous le principe d’obligation ; j’étais donc sous loi


 
La magnifique relation que je vivais en Jésus ne devint plus qu’une marche « avec » Jésus. 


 
--- 


 
Alors ce ne fut plus du tout le Fils, Celui que me présentait au travers de Lui mon Père et les choses qu’Il m’offrait de vivre librement ; Celui qui m’apportait en même temps avec Lui Sa Vie, celle qui faisait que j’étais toujours vivant, spirituellement parlant. Mais au contraire je périssais ; je périssais dans une marche rythmée par des ordonnances dans lesquelles « Dieu était désormais censé se manifester, tel un représentant de spectacle ». 


 
J’en vins ainsi à marcher par moi-même et par mes propres œuvres, tout en comptant seulement sur Jésus pour « m’aider » à faire beaucoup de choses, beaucoup de choses censées faire se manifester Celui qui se donne pourtant gratuitement et intérieurement. 


 
Oui, quelque chose de très subtil m’avait volé ce que j’avais reçu de vivre intérieurement et à peine avais-je été rencontré par Jésus que la vue de la lettre seule me détourna de la Vie intérieure et naturelle qui est en Lui. 
 
 
Dans mon quotidien, les mots étaient là, l’apparence était là, et je persévérais dans beaucoup de choses qui m’avaient été présentées comme des « dons » ; des « choses » qui imitaient un semblant de vie ; mais dans ces choses il n’y avait pas réellement la Vie spirituelle et intérieure que seul Dieu offre à quiconque vit en Lui. 


 
Oui, il y avait bien un semblant de vie, une imitation de vie ; mais c’était tout. 
 
 
Au fil du temps, j’acceptais ainsi le fait de quémander la vie divine au travers de tant de pratiques diverses, Vie qui pourtant m’avait déjà été donnée en Lui mais à laquelle je n'avais plus accès à cause d'un esprit de loi qui avait pris place. 
 
 
Le venin qu’est ce levain m’envahissait toujours plus dans mon quotidien, et tout ce qui provenait de la vie intérieure était comme paralysé et moi. J’étais devenu un imitateur de la vie de Jésus, imitateur selon ce que l’on me présentait de Jésus dans la lettre écrite. 


 
Jésus avait fait « comme ceci » ou « comme cela », alors je me devais de bien faire comme Lui… 
 
La lettre prescrivait de « faire » ceci ou de « faire » cela, alors il fallait que je fasse pareil. 


 
Galates 5:9  Un peu de levain fait lever toute la pâte. 


 
--- 
 
Je cherchais ainsi à m’améliorer, à changer, et je faisais beaucoup d’efforts par moi-même. 
 
 
Je sentais bien un malaise intérieur, mais je n’en comprenais, ni le sens, ni la cause, car je ne pouvais pas identifier ce malaise intérieur ; j’étais incapable d’en saisir sa sombre origine bien dissimulée derrière des paroles de sagesse, des paroles issues de la connaissance biblique et de la technique.

Parfois, la forme des choses que l’on pratiquait changeait un peu, me redonnant un semblant d’espoir, mais le problème de fond demeurait ; l'esprit de loi


 
Je me suis alors mis à étudier beaucoup plus d’enseignements provenant d’assemblées différentes, de différents mouvements et même de plusieurs fédérations. 
 
 
Je me suis inscrit à des cours de théologie, j’ai suivi des programmes de formation. 
 
 
J’ai participé à des conférences, à des « week-ends église » et à « des camps chrétiens ». 


 
Oui, je me suis engagé dans beaucoup de choses, apprenant beaucoup d’enseignements et m’y consacrant entièrement. Mais hélas, tout ce que j’entendais était ensemencé du même levain imperceptible qui enchérissait et renforçait toujours de plus belle cette notion « d’accomplissement d’œuvres », et surtout de persévérance dans ces propres actions envers Dieu, me faisant croire, toujours plus, que c’est par les actions ou les pratiques religieuses que l’on obtient la Vie. 
 
 
En fait, tous les enseignements que je recevais étaient subtilement empreints de toute une liste de commandements ; commandements qui ne procédaient aucunement de la foi mais qui, au contraire, me conduisaient à marcher par eux ; ce qui, bien sûr, éloignait de moi, toujours plus, la Vie véritable qui est par la grâce du don de la foi en Jésus-Christ. 
 
Avec tout cela, non seulement je restais aveugle, mais en plus j’avais moi aussi « appris comme il faut » tout ce qu’il fallait pour être un bon conducteur d’aveugles. C’était grave ! 
 
La liste de mes devoirs s’accumulait, car avec tout ce que je savais, il fallait désormais que "je convertisse" les gens, que je sois un leader, que je fasse des disciples, et la liste était longue, et lourd le poids sur mes épaules. 
 
Il est vrai que les divers enseignements que j’entendais "parlaient" toujours de la "grâce" de Dieu, mais ils dissimulaient en eux-mêmes un esprit de loi, bien caché à l’intérieur. 
 
 
Oui, le mélange constant de la foi, qui elle est divine et salutaire, avec la persévérance de l’homme dans ses propres actions pour pouvoir perdurer dans la vie éternelle, devint ma norme, ôtant alors la simplicité d’un cœur selon Dieu ; un cœur qui se repose tout simplement sur ce que l’Éternel dit de Lui, sur son Œuvre éternelle qu’Il présente au travers même de son Fils. 


 
--- 


 
La vie en Dieu est pourtant si simple et si naturelle par la foi en Jésus mais j'en avais été rendu aveugle et ignorant par le commandement d'obligation qui voile toutes les merveilles de Dieu.  
 
Ce n’était plus la vie de Jésus qui était l’auteur de toutes choses en moi, mais c’était par des œuvres que je cherchais la vie de Dieu, Lui qui se donne réellement à tous et gratuitement ! 
 
 
Dans ce contexte je ne me rendais pas compte que ce que « le Seigneur l’Esprit » m’avait permis de voir et de vivre par la foi en Lui au tout début, était désormais comme mort et enfoui sous un évangile altéré ; évangile altéré par l’esprit de loi et son enseignement des choses apparentes et mensongères qui viennent de la « lettre seule », c’est-à-dire sans l’Esprit de Jésus. 


 
J’en étais rendu alors à être hors de Jésus, et je cherchais à « m’approcher de Lui » ; bien que mon Père éternel offre en son Fils de vivre librement en Lui, en son Sein. 
 
 
Je faisais des «prières » ; prières qui se voulaient toujours plus longues, afin de produire une intimité avec Lui ; alors que mon Père éternel, Lui, offre naturellement son intimité par la foi en son Fils. 
 
Je m’efforçais continuellement d’améliorer ma vie, de supprimer mes défauts et de combler mes manquements, alors que mon Père céleste donne de vivre par Sa Vie, celle qu’Il offre gratuitement en son Fils. 
 
 
Je cherchais à connaître la lettre afin d’être conforme à elle, alors que le Seigneur l’Esprit, Lui, donne de « voir le Fils au travers des Écritures » et qui me lie tout naturellement à Lui. 
 
 
Je cherchais à être agréable à mon Dieu et à m’approcher de Lui en l’adorant par mes chants, alors que mon Père éternel offre de vivre continuellement en son Fils, dans une adoration intérieure et éternelle et ce en toute liberté, par la foi seule en Lui. 
 
 
--- 
 
 
La barrière entre la religion enseignée et la Vie Divine offerte en Jésus est si fine, si trompeuse… J’étais enfermé dans le monde de l’illusion, mais avec la certitude de savoir et de vivre. Quel leurre ! 
 
Ce fut quelque chose de terrible, car toutes les coutumes et les enseignements m’éloignaient de Jésus, mais ils me donnaient en même temps l’illusion que tout ce que je pratiquais était juste et noble pour ma dite « marche chrétienne ». 
 
 
Je fus ainsi « dans la fosse »  pendant un long temps… 
 
 
--- 


 
Ce n’est que quelques années après que des enfants de Dieu me présentèrent l'Évangile de Dieu, celui qui concerne « son Fils ». 
 
 
J’étais alors dans une grande pauvreté spirituelle ; mais pourtant j’étais persuadé, -par orgueil-, de « tout savoir » ; tout comme j’étais persuadé de « vivre dans ce qu’il fallait », tant l’enseignement de la lettre seule et les pratiques religieuses sont aveuglantes. 
 
 
Lorsque l’on me parla de l'Évangile de Dieu, les mots que l’on me disait semblaient être exactement les mêmes que j’avais toujours utilisés ; mais pourtant, plus on discutait, plus tout prenait un autre sens. Les écritures m’apparaissant petit à petit comme un ensemble cohérent formant un tout ; et aussi une pensée qui faisait un à travers toutes choses. 
 
 
En fait on m’annonçait l’Évangile éternel de Dieu. (Romains 1:1) 
 
 
Les écritures ne m’étaient plus présentées selon la raison et l’écrit seul, mais elles me furent présentées pour révéler un sens divin, un sens tout autre que ce que j’avais entendu jusque-là. J’ai alors pu voir intérieurement les principes vivants de mon Père au travers même de son Fils ; les principes vivants de Celui qui m’a tant aimé et qui m’a tout donné d’avance.  


 
A présent je voyais bien la différence, ce n’était plus un évangile mélangé avec des pratiques issues de la compréhension de l'homme que l’on me présentait, mais on me parlait bien de Jésus, le Christ et cela « dans l’éternel de Dieu ». 
 
 
Oui il s’agissait bien des « principes divins dans l’éternel de Dieu en son Fils » que je pouvais maintenant admirer, ainsi que toute son Œuvre parfaitement achevée. 


 
La Foi qui m’avait été donnée au commencement se reposa sur le Fils de Dieu, ce qui détourna mon regard de ma condition humaine, de mes œuvres mortes et des principes de ce monde, pour les porter vers Lui seul. 


 
Ce ne fut plus « l’état de pécheur » tant dénoncé et cette accusation constante, qui ensemble m’obligeait à « aller vers Dieu » pour fuir «la colère» à venir, mais ce fut, à la vue de ces merveilles de bonté que je fus tout naturellement attiré vers Lui, comme cela le fut au commencement.  


 
J’ai ainsi vu et saisit que la conversion n’était pas vivante en l’homme par sa demande de pardon mais que la conversion selon Dieu est un état intérieur donné gratuitement d’en-haut, et qui passe par la seule vue de sa Bonté
 
Romains 2:3  Et penses-tu, ô homme, qui juges ceux qui commettent de telles choses, et qui les fais, que tu échapperas au jugement de Dieu?  Ou méprises-tu les richesses de sa bontéde sa patience et de sa longanimité, ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance? 
 


--- 


 
Il y a eu malgré tout beaucoup de résistance en moi-même, car bien que je désirais vivre en Jésus, dans Sa Grâce, et non plus « avec sa grâce », j’étais en même temps complètement pollué par les enseignements mensongers qui provenait d’un esprit de loi ; esprit de loi qui cherchait à me faire accomplir tant de choses par mes propres forces; esprit de loi qui donnait pleine puissance à une certaine loi qui lutte contre la Loi de l’entendement. (Romains 7:21) ... ! 
 
 
C’est à cause de ces choses qu’il y eut un conflit en moi. En effet, mon entendement était devenu captif au sens de la « lettre seule », celle qui m’avait été tant et tant prêchée. Impossible de s’en sortir s’il n’y a pas une aide qui vienne de l’extérieur ; une aide de Dieu. 
 
 
Oui, terriblement, l’esprit de loi que j’avais reçu au travers de tant de choses sinueuses issues de la lettre seule, m’avait profondément conditionné à vivre par « le commandement » ; commandement qui me poussait à faire et à faire encore « tant de choses », comme si c’était au travers de mes pratiques religieuses et de mes efforts que j’étais agréable à Dieu ou que j’étais lié à Lui. Je ne pouvais pas m’en douter puisque j’étais dans une assemblée « évangélique » ; endroit dans lequel ces insinuations et mélanges ne devraient pas être. 
 
 
Pourtant, la vie véritable, celle qui est intérieure, ne se trouve pas par « ce qui se pratique extérieurement en tant que devoir », mais bien dans ce que le Seigneur l’Esprit nous offre de voir et de vivre intérieurement. Alors, -et alors seulement-, la vraie vie extérieure selon l’Esprit peut commencer. 
 
 
Seulement, il fallait que toute cette nouvelle notion soit rendue vivante en moi, et pour cela il était nécessaire que je sois dépollué de l’obligation, de toutes les apparences et de toutes recherches de mérites personnels. 
 
 
Il y eut ainsi un très long moment où j’ai eu la chance que l’on m’explique le sens des écritures « spirituelles », tout comme le sens de ce que Jésus exprimait par ses Paroles, afin que je puisse recouvrer la vue intérieure des choses d’En-Haut. Il a fallu du temps pour que je comprenne ce que Jésus est venu relever, réellement ; tout comme ce qu’il est vraiment venu dénoncer, afin de sauver « ce qui était perdu ». 
 
 
Luc 19:10 Car le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu (et non pas « ceux », comme cela est, une fois encore, si répandu.) 
 
Oui, Jésus est venu sauver ce qui était de Lui en moi, et qui avait été perdu par la mise en pratique d'une tout autre « vie ».   


 
--- 
 
 
Les merveilles de l’Eternel, la Magnificence et la grandeur de Sa Vie sont devenues de plus en plus visibles au travers de Jésus. Les yeux de mon cœur se sont alors ouverts, et j’ai pu voir véritablement qui parlait réellement au travers de Jésus. J’ai alors pu voir au travers même du Fils, les principes merveilleux de mon Père éternel, qui se présente et se propose à quiconque croit en son Fils. 


 
J’ai ainsi découvert la simplicité et la libéralité de Celui qui s’était présenté intérieurement à moi et qui avait toujours été là, au-delà de toutes les apparences, et sur la seule base de la foi qui offre son intimité, sa présence.
 
Les yeux de mon cœur, découvrant le sens de la lettre « selon l’Esprit », ont reçu de voir que j’étais en Lui, dans Ses merveilles, depuis toute éternité et me montrant par là, que moi, je n'avais plus rien à produire pour vivre tout naturellement cela. 
 
 
Esaïe 29:18  En ce jour-là, les sourds entendront les paroles du livre; Et, délivrés de l’obscurité et des ténèbres, Les yeux des aveugles verront. 
 
 
Et tout cela a été rendu vivant en moi par la présentation de Jésus-Christ, non selon la lettre mais selon le sens spirituel de la lettre, tristement si peu connu.  
 
 
Alors, Jésus ne fut plus « mort seulement pour mes péchés », mais je fus rendu moi-même bénéficiaire de cette mort en Lui, vivant maintenant par Lui et en Lui, au travers même de sa propre Vie de résurrection
 
 
--- 
 
Ce ne fut pas la croyance en une « connaissance apprise », qui me permit de me voir en Lui, mais ce fut bien par la vue de « l'Oeuvre éternelle de Dieu au travers même de son Fils». 
 
 
Il n’y eut plus alors « d’action extérieure préalable de ma part » pour accéder à quoi que ce soit, mais c'est seulement la vie intérieure et intime de Jésus qui me donne de vivre toutes choses en Lui, étant rendu un avec mon Sauveur et Seigneur par la foi seule en Lui. 
 
Tout ceci me permet aussi, de voir l’immense intimité et la parfaite unité que Jésus a avec son Eglise, son épouse. Eglise qui, pour moi, n'a absolument plus rien à voir avec tout ce qui est extérieur, apparent et mensonger mais qui est tant répandu. 


 
Lorsque je vois intérieurement les principes du royaume de Dieu, je comprends aussi que la compréhension de la lettre seule tant enseignée dans les assemblées, ôte totalement toutes les « merveilles de Dieu » qui sont pourtant visibles en Jésus-Christ. 
 
Oui la traduction par la raison de la lettre, vole toute la gloire de Dieu, bien qu’elle en donne une parfaite illusion par ce qui est apparent, trompeur et mensonger.  


 
--- 


 
Par tout cela, j'ai appris que le seul fondement véritable de l'Evangile de Dieu est par la Foi et pour La Foi.  
 
 
Oui, par la foi Jésus nous offre en Lui de voir au travers de Lui-même Sa Vérité par laquelle nous recevons Sa Vie et Sa Liberté, vie qui n'est pas la nôtre mais Vie qui est la Sienne.  


 
Galates 2:20  J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis,c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. 
 
 
Oui, Jésus offre de vivre dans tous ces principes magnifiques par la foi en Lui. Il offre Sa propre Vie, Vie intérieure et véritable qui n’est en rien comparable avec toutes ces pratiques d’ici-bas ou efforts quelconques qui viennent de l’homme, quand bien même il se voudrait un très bon religieux. 
 
 
Aujourd’hui, je découvre encore intérieurement et continuellement Sa Grâce et Sa Bonté au travers de son Œuvre éternelle et c'est ce que je souhaite pour quiconque a été piégé par l'esprit de loi. 
 
 
Oui, son école nous apprend et nous transforme toujours plus, afin de vivre gratuitement en Lui et selon Lui Sa Vie d'En-Haut. Oui, Sa Vie en moi m'apprend à le connaître toujours plus, Lui, qui me lie à Lui en toutes choses.  


 
--- 
 
 
Je ne remercierais jamais de trop mon Père céleste, qui m’a offert par tout cela de pouvoir désormais dire en vérité que « c’est par la foi seule en Jésus-Christ qu’Il m’a offert gratuitement de vivre en Lui ». 
 
 
 
Rémi B. 
 
 
 
 
 
 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 23 Mar - 12:44 (2017)
MessageSujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Amis de Jésus Index du Forum -> Personnel -> Présentations Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Sauter vers:  

 

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
phpBB
Template by BMan1
Traduction par : phpBB-fr.com