Welcome Guest: S’enregistrer | Connexion
 
FAQ | Rechercher | Membres | Groupes
 


 Bienvenue sur le Forum 

 
 

Forum Chrétien Évangélique d'édifications pour les Chrétiens selon ce que la Parole de Dieu nous dit en Colossiens 3:16

"Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres"  
 
 

Invité Bénédiction en Jésus et que ce jour soit rempli de paix, de joie, d'amour. Ouvre porte
 
 


 
Jonas
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Amis de Jésus Index du Forum -> Bible -> Etudes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Christophe
Serviteur de Dieu
Serviteur de Dieu

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 564
Localisation: paris
Pays: France

MessagePosté le: Dim 28 Fév - 21:07 (2010)
MessageSujet du message: Jonas
Répondre en citant

Méditation sur Jonas : Christophe
 
L'histoire : Sa véracité
L'histoire commence : «La Parole du Seigneur fut adressée à Jonas» (1,1).
“Dieu désigna un grand poisson pour engloutir Jonas.”
le cachalot. On dit que c’est la seule baleine dont l’œsophage serait assez grand pour avaler un homme. Un poisson, peut être n’importe quel grand animal vivant dans la mer, comme le requin, par exemple.
Cela aurait-il pu être un requin?
Les requins sont-ils assez grands pour pouvoir avaler un homme entier?
Le grand requin blanc est largement assez grand. Dans certains cas, il atteint 12 mètres de long.


Un livre (Australian Zoological Handbook) dit que le grand requin blanc « pourrait facilement engloutir un homme tout entier ». Un autre livre (The Natural History of Sharks) raconte qu’un requin blanc de 4,50 m de long fut capturé en 1939. Son estomac contenait deux requins entiers mesurant chacun 1,80 m, soit à peu près la taille d’un homme.


“Il y eut une grande tempête sur la mer; (...) et ils continuèrent à lancer à la mer les objets qui étaient dans le navire pour l’en alléger.” — Jonas 1:4, 5.
Cela aurait pu attirer des requins et ensuite l’un d’eux aurait pu avaler Jonas. Cela aurait été une succession naturelle d’événements.
Il est possible que Jonas ait été englouti par un grand requin blanc. Il est également possible que cela ait été un cachalot, bien que l’hypothèse du requin blanc paraisse plus vraisemblable. Il est même possible que Dieu ait utilisé quelque immense créature marine que la science n’a pas encore découverte.


Comment Jonas aurait-il pu survivre ?

Jonas a certainement bénéficié d’un miracle pour pouvoir survivre à l’intérieur du poisson qui l’avala. L’arrivée du poisson à point nommé était un miracle aussi, de même que le fait qu’il rejeta Jonas à terre sain et sauf. Mais pourquoi est-ce si difficile de croire que Dieu aurait pu protéger miraculeusement Jonas dans le ventre du poisson ?
Regardez ce que Jesus dit en Matthieu 12:40. “De même, en effet, que Jonas a été trois jours et trois nuits dans le ventre de l’énorme poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le cœur de la terre.”
Ce qui est arrivé à Jésus est un fait tangible. Serait-il logique que Jésus ait utilisé le récit de Jonas pour illustrer sa propre mort et sa résurrection si l’histoire de Jonas n’avait pas été vraie?


Ninive ?
L’archéologie a prouvé que Ninive a réellement existé.
Jonas serait-il un personnage fictif?
Pourquoi Jésus déclarerait-t-il qu’il serait “plus que” quelqu’un qui n’aurait même pas existé?














Méditation
Jonas est envoyé à Ninive: une population qui symbolise donc l'humanité pécheresse, vouée au jugement et à la perdition.
Dieu envoya Jonas: qui lui, symbolise l'homme désobéissant, fuyant loin de Dieu. Pourtant Jonas signifie "Colombe".
Etonnant non!
Il l'envoya pour condamner la ville mais il s’enfuit dans la direction opposée, embarquant sur un navire en partance pour Tarsis (peut-être Tartessos, en Espagne) pour échapper à la parole de Dieu, et fuir sa mission dangereuse de prophète en pays païen.
On peut aussi dire que le signe de Jonas semble plutôt consister dans le simple fait qu'il y ait un prédicateur entre Dieu et Ninive.


Jonas : l'amour de Dieu pour les païens (Ninive) et sa patience avec l'homme pêcheur (Jonas).
en lisant jonas on peut se rendre compte que le prophète est humain. Il peut lui-même se sentir dépassé par l'amour Divin. Il peut savoir que "Dieu est un Dieu de pitié et de tendresse, lent à la colère, riche en grâce et refuser de marcher pour ce Dieu trop bon ou ne plus réussir à le suivre sur tous ses chemins
Car je savais que tu es un Dieu clément et compatissant, patient et grand par la fidélité qui renonces au mal - Jon 4.2


C'est aussi se rendre compte que Dieu connaît l'âme humaine, véritable sous-bois riche en zones d'ombre et de lumière... Dieu connaît l'âme humaine et Il la laisse libre (1.3 Alors Jonas voulu s'enfuir à Tarsis pour échapper au Seigneur). Toutefois, Il ne l'oublie pas, Il ne l'abandonne pas! Il l'accompagne pour le remettre dans le droit chemin quand c'est nécessaire. (1.4).(voir discrétement dans le texte V7 : tirage au sort!)
Dieu est tellement grand, qu'il peut utiliser la désobéissance de Jonas pour se glorifier dans la vie des marins païens et susciter la crainte dans leur cœur. (V16)


V.14 "C'est toi Seigneur qui a agi comme tu l'as voulu. - Ils reconnaissent la puissance et la souveraineté du Dieu de Jonas qu'ils apprennent à prier....


On se rend compte que L'Amour divin dépasse tout ce que l'on peut imaginer: Il est le Dieu miséricordieux à l'infini! Il aime le païen autant que le prophète, Il aime l'étranger autant qu'Israël son serviteur, il aime l'athée autant que le croyant.
C'est souvent ainsi que Dieu a pu manifester sa volonté parmi les hommes.


Pourquoi Jonas a-t-il fui ?


Jonas, en son temps, a souhaité de tout son être que Ninive (ennemis d'Israël depuis de longues années) soit abandonnée à son sort.
Le passage de (2 Rois 14.23-27) nous fournit de précieux indices.
Jéroboam II règne alors sur le Royaume du nord, Israël :
Au gré des succès de Jéroboam, Jonas a pu constater que Dieu suspendait parfois ses jugements, et choisissait ses instruments selon son bon vouloir, et non selon la logique des hommes. En effet, là, Jéroboam, pécheur, aurait dû être condamné et perdre la bataille devant l'ennemi. Mais Dieu en a décidé autrement.
De plus, il avait été précédemment utilisé pour affirmer la victoire d'Israël sur les ninivites (Syriens). Donc, dans la tête de Jonas, Ninive devait être condamné et non pas sauvé.


Nous pouvons comprendre son refus car Jonas ne voulait en aucun cas contribuer à assainir la puissance qui un jour avait attaqué Israël. Jonas savait aussi que les Assyriens ne glorifiaient pas Dieu mais glorifiaient la force brutale et les conquêtes militaires, et que la corruption de Ninive était devenue insupportable non seulement à tous les peuples oppressés, mais à Dieu lui-même (cf. Jon 1.2).


En rassemblant ces éléments, nous comprenons un peu mieux le double refus que Jonas oppose à son Dieu lorsqu’il est question de prêcher aux Ninivites Jon 1.3 ; 4.9…


Et ces paroles très amères du prophète après le pardon accordé aux Ninivites repentis :
« Ah ! Eternel, n’est-ce pas ce que je disais quand j’étais encore dans mon pays ? C’est ce que je voulais prévenir en fuyant à Tarsis. Car je savais que tu es un Dieu qui fais grâce et qui es compatissant, lent à la colère et riche en bienveillance, et qui regrettes le mal. Maintenant, Eternel, prends-moi donc la vie, car la mort m’est préférable à la vie. » (Jon 4.2,3)


Résumons l’« évangile » selon Jonas l’Hébreu :
- la grâce et le pardon accordés à Israël, d’accord. Mon peuple a grand besoin des faveurs de son Dieu. Espérons qu’Israël voudra bien se repentir.
- la grâce et le pardon accordés à nos ennemis païens, pas question. Les Assyriens sont voués à la destruction. Espérons qu’ils persisteront dans le mal pour hâter ce dénouement.




Dieu ne laisse ni sa création, ni ses créatures sans témoignages de sa présence, ni sans preuves de sa volonté d’intervenir quand et comme il lui plaît. Et si le livre de Jonas nous révèle une direction précise de cette volonté, c’est justement celle dont Jonas redoute le libre exercice jon 4.2b : le désir de sauver chacune de ses créatures terrestres, et de lui témoigner sa bienveillance, sa bonté (en hébreu hésed, terme utilisé 250 fois dans l’A.T.).


(4.9-11) ? Dieu montre à Jonas l'incohérence de son attitude.


Quelle leçon pour nous, et quelle mise en garde !


Car nous aussi sommes confrontés à un monde hostile qui, de multiples manières, a déjà persécuté les enfants de Dieu cruellement, comme il a persécuté le peuple d’Israël, et le Fils de Dieu lui-même. Nous qui connaissons les décrets de Dieu, et qui par le moyen des écrits prophétiques, savons de quelle façon Dieu jugera la terre et les œuvres qu’elle renferme, regardons 2 Pi 3.7,10 (mise en avant de la patience de Dieu).
Comment observons-nous la rapide dégradation de nos civilisations très avancées dans le mal ? Nos cœurs éprouvent-ils de la bienveillance envers ceux que leur incrédulité ou leur folie a rendus esclaves de vices dégradants, et maintient dans une obscurité spirituelle et morale quasi-complète ? Croyons-nous au miracle de la repentance, et souhaitons-nous le voir se produire chez les Ninivites de nos temps ? Si non, souvenons-nous que la volte-face des gens de Ninive se produisit dès le premier jour de prédication, et que ces « mécréants » comprirent sans explication que la colère de Dieu était directement liée à leur « mauvaise conduite » et à leur « violence » jonas 3.8.






Ninive : un mystère stimulant pour notre témoignage
Le livre de Jonas se termine par un mystère : on ne sait pas ce que Jonas va répondre à son patient Seigneur.
La question posée par Dieu cherche à montrer à Jonas qu'il avait accompli son devoir (missionnaire) sans compassion et sans engagement de coeur. Sa seule préoccupation était son confort personnel. (ombre sous le ricin).

Nous voilà donc obligés d’admettre que Dieu, sachant qu’un jour viendrait où Ninive devrait mordre la poussière, avait néanmoins entrepris tout ce qu’il fallait pour que des Ninivites soient sauvés, parce leur sort avait ému sa vive compassion et mobilisé sa puissance.


Notre siècle, nous l’avons suggéré, ressemble à bien des égards au monde de Ninive : même ivresse de la connaissance, mêmes réalisations étonnantes, même orgueil, même présomption, même violence, même hédonisme, mêmes ténèbres spirituelles. La fin de la « grande Babylone » Apocalypse 17, 18 est programmée, et nous savons pourquoi. Toutefois, le mystère insondable de la grâce de Dieu subsiste, et l’offre du salut en Jésus-Christ est encore pour chacun Jean 3.16.


Nous appartient-il de rester indifférents à la détresse de nos contemporains, ou de suivre l’exemple de Celui qui est venu chercher et sauver ceux qui sont perdus Luc 19.10 ?
___________________________________
http://christophe2904.skyblog.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 28 Fév - 21:07 (2010)
MessageSujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Christophe
Serviteur de Dieu
Serviteur de Dieu

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 564
Localisation: paris
Pays: France

MessagePosté le: Dim 28 Fév - 21:12 (2010)
MessageSujet du message: Jonas
Répondre en citant

je vous montre aussi 2 photos:



avec ce requins blanc  il impossible que jonas n'est plus ce faire avaler!



alors là le requins baleine on peu dire que c'est possible.
___________________________________
http://christophe2904.skyblog.com
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:50 (2016)
MessageSujet du message: Jonas

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Amis de Jésus Index du Forum -> Bible -> Etudes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Sauter vers:  

 

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
phpBB
Template by BMan1
Traduction par : phpBB-fr.com