Welcome Guest: S’enregistrer | Connexion
 
FAQ | Rechercher | Membres | Groupes
 


 Bienvenue sur le Forum 

 
 

Forum Chrétien Évangélique d'édifications pour les Chrétiens selon ce que la Parole de Dieu nous dit en Colossiens 3:16

"Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres"  
 
 

Invité Bénédiction en Jésus et que ce jour soit rempli de paix, de joie, d'amour. Ouvre porte
 
 


 
LA JUSTICE DES DISCIPLES DE JÉSUS
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Amis de Jésus Index du Forum -> Bible -> Etudes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Christophe
Serviteur de Dieu
Serviteur de Dieu

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2007
Messages: 564
Localisation: paris
Pays: France

MessagePosté le: Ven 16 Oct - 17:10 (2009)
MessageSujet du message: LA JUSTICE DES DISCIPLES DE JÉSUS
Répondre en citant

 
IntroductionComme nous étudions en ce moment l’évangile de Matthieu, je vous invite ce matin à écouter ce qu’il nous dit au chapitre 5.
Lecture : Mt 5.13-48 (version NBS)
13 C'est vous qui êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, avec quoi le salera-t-on ? Il n'est plus bon qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens.
14 C'est vous qui êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. 15 On n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le porte-lampe, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. 16 Que votre lumière brille ainsi devant les gens, afin qu'ils voient vos belles œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux.
17 Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la Loi ou les Prophètes. Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir. 18 Amen, je vous le dis, en effet, jusqu'à ce que le ciel et la terre passent, pas un seul iota ou un seul trait de la lettre de la Loi ne passera, jusqu'à ce que tout soit arrivé. 19 Celui donc qui violera l'un de ces plus commandements et qui enseignera aux gens à faire de même sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux, mais celui qui les mettra en pratique et les enseignera, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.
20 Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez jamais dans le royaume des cieux.
21 Vous avez entendu qu'il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre ; celui qui commet un meurtre sera passible du jugement. 22 Mais moi, je vous dis : Quiconque se met en colère contre son frère sera passible du jugement. Celui qui traitera son frère de raka du sanhédrin. Celui qui traitera son frère de raka sera passible du sanhédrin. Celui qui le traitera de fou sera passible de la géhenne de feu.
23 Si donc tu vas présenter ton offrande sur l'autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, 24 laisse ton offrande là, devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère, puis viens présenter ton offrande.
25 Arrange-toi vite avec ton adversaire, pendant que tu es encore en chemin avec lui, de peur que l'adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et que tu ne sois mis en prison. 26 Amen, je te le dis, tu ne sortiras pas de là avant d'avoir payé jusqu'au dernier quadrant.
27 Vous avez entendu qu'il a été dit : Tu ne commettras pas d'adultère. 28 Mais moi, je vous dis : Quiconque regarde une femme de façon à la désirer a déjà commis l'adultère avec elle dans son cœur. 29 Si ton œil doit causer ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi. Car il est avantageux pour toi de perdre seulement une partie de ton corps et que celui-ci ne soit pas jeté tout entier dans la géhenne. 30 Si ta main droite doit causer ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car il est avantageux pour toi de perdre seulement une partie de ton corps et que celui-ci n'aille pas tout entier dans la géhenne.
31 Il a été dit : Que celui qui répudie sa femme lui donne une attestation de rupture. 32 Mais moi, je vous dis : Quiconque répudie sa femme — sauf en cas d'inconduite sexuelle — la rend adultère, et celui qui épouse une femme répudiée commet l'adultère.
33 Vous avez encore entendu qu'il a été dit aux anciens : Tu ne te parjureras pas, mais tu t'acquitteras envers le Seigneur de tes serments. 34 Mais moi, je vous dis de ne pas jurer du tout : ni par le ciel, parce que c'est le trône de Dieu, 35 ni par la terre, parce que c'est son marchepied, ni par Jérusalem, parce que c'est la ville du grand roi. 36 Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux en rendre un seul cheveu blanc ou noir. 37 Que votre parole soit « oui, oui », « non, non » ; ce qu'on y ajoute vient du Mauvais.
38 Vous avez entendu qu'il a été dit : œil pour œil, et dent pour dent. 39 Mais moi, je vous dis de ne pas vous opposer au mauvais. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, tends-lui aussi l'autre. 40 Si quelqu'un veut te faire un procès pour te prendre ta tunique, laisse-lui aussi ton vêtement. 41 Si quelqu'un te réquisitionne pour faire un mille, fais-en deux avec lui. 42 Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut t'emprunter quelque chose.
43 Vous avez entendu qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu détesteras ton ennemi. 44 Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. 45 Alors vous serez fils de votre Père qui est dans les cieux, car il fait lever son soleil sur les mauvais et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur la injustes. 46 En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? 47 Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les non-Juifs eux-mêmes n'en font-ils pas autant ? 48 Vous serez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.
1. Parlons de vous, de nous, les disciples de Jésus
Si vous n’êtes pas disciples de Jésus, les paroles de Jésus que nous venons d’entendre ne s’adressent pas à vous directement. Qu’est-ce qu’un disciple ? C’est tout simplement quelqu’un qui considère qu’il a un maître, c’est-à-dire quelqu’un qui va le guider dans sa vie, lui enseigner comment se comporter dans les différents domaines de la vie. A l’époque de Jésus, ceux qui étaient considérés comme des maîtres étaient appelés Rabbi, « maître ». C’est ce qui a donné rabbin en français. Les rabbins de l’époque avaient donc des élèves, des disciples, qui écoutaient leur enseignement.
Ainsi Jésus est un Rabbi, suivi par ses disciples. Il s’est assis, ses disciples se sont approchés de lui et il les enseigne. A notre tour, si nous voulons écouter les paroles de Jésus et conformer notre vie à son enseignement, nous sommes de ses disciples. Il y a donc les disciples auxquels Jésus s’adresse, et puis la foule qui les entoure et qui entend aussi son enseignement. Après avoir prononcé les Béatitudes, cette série de proverbes sur le bonheur des disciples qui se mettent à son école, Jésus, avant de leur enseigner comment ils doivent se comporter, parle à ses disciples de leur statut et de leur rôle dans le monde.
Comme toute personne qui s’attache à un maître, nous nous demandons souvent : « Que dois-je faire ? » Non seulement dans toutes les religions, mais dans toutes les écoles de pensées, y compris celles qui se disent athées ou agnostiques, on discute de la conduite à tenir en différentes situations. On pourrait presque dire même que l’on ne fait que cela.
Jésus, lui, avant de nous dire ce que nous devons faire, nous dit ce que nous sommes et il nous dit pourquoi nous devons le faire.
Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde.
1.1 Explication rapide des deux métaphores, le sel et la lumière
Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. Nous comprenons bien ces deux images que Jésus nous explique aussitôt.
— Le sel. Un goût reconnaissable parmi tous les autres, un goût utile pour améliorer le goût des aliments. Dans le Lévitique, 2.13, Dieu commande que toutes les offrandes végétales soient accompagnées du sel de l’alliance de Dieu. Le sel est donc pour les juifs une marque de l’alliance de Dieu. Le sel ne peut perdre sa saveur ; s’il la perd, c’est qu’il est dilué.
Si on regarde des aliments, on ne peut savoir s’ils sont salés, mais si on les goûte, on se rend bien compte s’ils le sont.
Les chrétiens font beaucoup de choses comme leurs concitoyens : ils vivent dans des maisons, ils ont une famille, ils travaillent, ils vivent en société comme tout le monde. En général, on ne reconnaît pas un chrétien au premier abord dans une équipe de gens qui travaillent. Mais si on travaille avec un chrétien, si notre voisin est un chrétien, si le commerçant chez qui on fait ses commissions est chrétien, si un membre de notre famille est chrétien, on va, on doit, se rendre compte à la longue qu’il a quelque chose de différent.
— La lumière, elle, nous permet de voir ; et on peut dire dans certain cas que l’on voit la lumière. Un boisseau était une mesure ; on éclairait dans les maison avec des chandelles, des lampes à huile. Si l’on met un boisseau sur une chandelle, non seulement on la cache, mais celle-ci s’éteint. Elle ne pourra donc vraiment pas être vue. On n’allume pas une lumière pour l’éteindre aussitôt.
Cette deuxième comparaison renforce la première. Au premier abord on ne reconnaît pas un chrétien, mais à la longue, on reconnaît sa manière de faire, et dans certains cas, on la reconnaît nettement, de loin si l’on peut dire, comme une ville située à flanc de montagne peut être vue de nombreux endroits de la vallée.
D’autre part, non seulement on se rend bien compte quand un lieu est éclairé, mais la lumière nous permet de voir clair dans ce lieu. Dans bien des cas, le comportement d’un chrétien sera une référence pour tous ceux qui le voient agir. C’est vrai dans de nombreux domaines de la vie, particulièrement au travail et en famille.
Maintenant que nous avons compris qu’un chrétien ne peut passer longtemps inaperçu en société, il nous faut dirent en quoi il doit être reconnaissable et en quoi il est utile qu’il soit reconnu.
1.2 Une lumière qui guide les gens au Seigneur
Jésus nous parle de nos belles œuvres ! Et il nous dit que ces belles œuvres ont un but. Nous verrons après ce que peuvent être nos belles œuvres. Voyons d’abord leur but.
En général, si les gens apprécient ce que vous faites, ils pensent que vous êtes quelqu’un de bien. C’est inévitable. Simplement ce n’est pas le but ultime. Le but ultime, c’est que les gens finissent par se rendre compte qu’il y a plus que quelqu’un qui a des qualités que l’on apprécie, mais que les gens finissent par se rendre compte que nous avons un Père qui est au ciel, c’est-à-dire que nous ne sommes pas seuls, qu’il y a une présence invisible. Cf. ce que disait B. à son oncle la semaine dernière : ce que tu vois en moi, c’est Jésus.
Mais cela signifie aussi que nous sommes plusieurs à avoir le même père. Il y a plus qu’un témoignage individuel. Nous avons certainement chacun notre caractère, mais nous avons le même père. Quels que soient les chrétiens, les gens doivent finir par oublier les chrétiens qu’ils ont connus pour rendre gloire à leur Père. Cela signifie que les chrétiens doivent tous bien s’attacher au même maître, s’instruire dans son enseignement, connaître ses paroles, ses commandements, ses conseils, sa pensée, et lui obéir avec zèle.
Un chrétien va apprendre à ne pas se fâcher au travail, en famille, à ne plus lancer d’invectives, à être patient. Il va apprendre à ne pas pratiquer une religion de façade. Apporter un sacrifice était une action solennelle. Jésus insiste sur la vérité de nos pratiques. Si devant l’autel, au moment de présenter un sacrifice, un disciple se souvenait d’un différent avec quelqu’un, Jésus lui disait qu’il valait mieux arrêter là son acte religieux, aller régler son désaccord avec la personne, puis revenir donner son sacrifice.
Un chrétien va être quelqu’un de fiable, c’est-à-dire digne de confiance. S’il a dit qu’il ferait quelque chose, il n’a pas eu besoin de faire de grands serments pour que l’on sache qu’il le ferait. Si tu dis oui, c’est oui. Ce n’est pas : j’avais dit oui, mais finalement c’est difficile. Il arrive que dans un bon mouvement l’on dise oui, je ferai ceci, et puis le moment venu, on est fatigué, on voudrait faire autre chose, on n’a plus envie. Il y va de l’honneur non seulement du chrétien, mais de son Père qui est dans le ciel de faire ce qu’il a dit qu’il ferait. La Loi affirmait l’importance d’accomplir les vœux exprimés (Nb 30.2 ; Dt 23.21 ; Ps 50.14 ; Ec 5.4). Au cours du temps, les rabbins avaient élaboré tout un enseignement qui faisait des distinctions suivant les types de serments que l’on pouvait prononcer. Jésus montre toutes ces distinctions avaient pour but de se rétracter, c’est-à-dire de mentir.
C’est pourquoi Jésus nous prévient de ne pas prendre l’habitude de formuler toutes sortes de serment, mais plutôt de prendre l’habitude dans les grandes choses comme dans les petites de faire ce que l’on a dit que l’on ferait. C’est exigeant, mais c’est tout simple. Et c’est un exercice, et avec un bon entraînement, cela devient plus facile.
On peut prendre l’habitude de se donner des excuses, et on peut prendre l’habitude d’obéir à la parole du Seigneur.
2. Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens
Quelle était la justice des scribes et des pharisiens ? Ils prétendaient obéir scrupuleusement aux commandements de Dieu. Le problème est que, si vous voulez obéir aux commandements de Dieu, vous vous rendez compte que vous n’y arrivez pas.
Rm 3 19,20 Or nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée et que le monde entier soit coupable devant Dieu. 20 Personne, en effet, ne sera justifié devant lui en vertu des œuvres de la loi, car ce qui advient au moyen de la loi, c'est la connaissance du péché.
C’est très bien de vouloir obéir à tous les commandements, mais il faut alors nous rendre compte de notre échec. Nous n’y arrivons pas, c’est impossible. Comme me disait quelqu’un hier, c’est désespérant !
La manière des enseignants de la Loi de l’époque, c’était de discuter. Ce n’est pas une réaction qui leur est réservée. Tous les hommes ont tendance à faire cela. Si un commandement nous gêne, nous avons tendance à discuter sur sa signification, à envisager toutes sortes de cas. Les maîtres de l’époque de Jésus était très occupés à commenter des implications de la plus petite modification dans une lettre. Ils avaient aussi énoncé des commentaires des commandements et, avec ces commentaires, ils avaient forcément ajouté des commandements. Exemple : tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. La première partie, c’est Lv 19.18, mais la deuxième partie a été ajoutée.
Pour le mariage et le divorce, la répudiation, qui ne fonctionnait que dans un sens, — l’homme pouvait répudier sa femme, mais pas l’inverse, — ils discutaient de savoir le type de fautes de la femme qui permettait de la renvoyer. Certains en était arrivés à dire qu’un repas brûlé pouvait être un motif de répudiation !
Jésus vient balayer tout cela. Plus loin dans l’Evangile de Matthieu, aux chapitres 15 et 23, il ne se gênera pas pour traiter ces maîtres-là d’hypocrites et d’insensés !
Je vais donc éviter d’essayer de me débrouiller avec les commandements du Seigneur. Je renonce à la justice des scribes et des pharisiens qui discute dans l’espoir de penser qu’on a appliqué tous les commandements de Dieu.
3. Vous avez entendu... mais moi, je vous dis...
3.2 Il a été dit aux anciens
Il s’agit des anciens du temps de Moïse.
Jésus vient affirmer qu’il y a plus que Moïse. Il s’affirme en fait comme étant égal à Dieu, puisqu’il reprend la loi dictée par Dieu pour en montrer le but et l’élever à un niveau bien supérieur que celui des scribes et des pharisiens.
Jésus vient affirmer qu’il y a bien autre chose que des commandements à accomplir ou des interdictions à respecter. Notre but est d’être transformés à l’image de Dieu, à l’image de Jésus.
Conclusion : Soyez parfaits (v. 48)

L’enseignement de Jésus est extrême, concernant la colère, les disputes, le divorce, la loyauté, la vengeance, l’amour. Et ce ne sont que des illustrations de ce commandement : soyez parfaits, comme votre Père dans le ciel est parfait.
Nous ne pouvons nous attacher à de tels commandements que si nous avons d’abord reconnu que toute volonté de pratiquer la justice de façon autonome est vouée à l’échec, que si nous nous sommes reconnus coupables devant Dieu, reconnu que celui qui nous dit « mais moi, je vous dis » est venu mourir pour payer à notre place pour nos fautes et qu’il est ressuscité pour venir faire sa demeure en nous et, par la communion de son Esprit, venir nous faire mettre en pratique cette justice qui doit dépasser de beaucoup celle des gens religieux.
Cette semaine, nous ne renoncerons pas si nous avons des échecs, mais nous nous confierons en Jésus si nous croyons réellement qu’il fallait qu’il meure pour nous sauver et pour que nous puissions alors le suivre dans ses plus petits et ses plus grands commandements.

                                                                                                                                                                                                                                         Laurent
___________________________________
http://christophe2904.skyblog.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 16 Oct - 17:10 (2009)
MessageSujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Amis de Jésus Index du Forum -> Bible -> Etudes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Sauter vers:  

 

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
phpBB
Template by BMan1
Traduction par : phpBB-fr.com